Le citoyen dans le projet urbain

Le citoyen dans le projet urbain

Le citoyen dans le projet urbain : Nantes, figure d’exemple – Lucas Jarry

Soutenance le 5 avril 2016

« Le mémoire s’intéresse à la place du citoyen dans les projets urbains. Après une première partie consacrée à l’étude de cette pratique intégrant l’idée d’une conception partagée, basée sur un partage réciproques et un « co-apprentissage » entre décideurs et habitants, le mémoire analyse le cas de la ville de Nantes et son approche particulière des grands projets participatifs. La parole citoyenne qui s’élève est-elle réellement écoutée ou s’agit-il d’un immense outil de campagne électorale sans finalité ? La dernière partie interroge la place du concepteur dans ces nouveaux processus de fabrication urbaine. Comment intégrer les professions de conception dans le jeu de la participation ? Comment adapter son activité à ces nouveaux enjeux de gouvernance urbaine ? »

Vous pouvez lire sa thèse intégralement via ce lien.

Le citoyen dans le projet urbain

Avant l’architecture, une programmation habitée

Avant l’architecture, une programmation habitée

2019, PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture), Collection Réflexions en partage

« Que faire d’un vide laissé par la démolition de tours de logements sociaux et d’un centre commercial après les interventions de l’ANRU ? A cette question posée par la ville de Clermont-Ferrand, Patrick Bouchain et Loïc Julienne proposent une autre manière de travailler sur l’espace urbain en installant une Université Foraine : une permanence de deux architectes qui vivent et travaillent sur place et invitent l’ensemble de la population (habitants, services municipaux, élus, associations, étudiants, etc.) à construire des réponses.

Ce récit d’expérience écrit à quatre mains par ces deux architectes, avec la complicité de Mireille Gansel, revient sur le quotidien, les expériences et questionnements, moments de grâce et de doutes liés à cette pratique singulière d’architecte. Installé pendant 3 ans à la Gauthière, quartier populaire de Clermont-Ferrand, ce laboratoire d’urbanisme participatif a décliné ses actions au gré d’envies habitantes, de rencontres et d’analyses du territoire. Il a contribué à la définition et à la réalisation d’aménagements paysagers, à l’élaboration d’un programme architectural et à la création de nouveaux liens sociaux. »

Pour lire l’ouvrage complet c’est par là : Avant l’architecture, une programmation habitée

Le citoyen dans le projet urbain

Notre Atelier Commun

Notre Atelier Commun

Brochure 2018

L’association Notre Atelier Commun a été créé en 1999 par Patrick Bouchain, constructeur et scénographe, pour répondre à une commande de la Mission mécénat et Action culturelle de la Caisse des Dépôts et Consignations : «La Forêt des Délaissés ». Depuis sa création, Notre Atelier Commun mène des projets liés au paysage, à l’architecture et à la ville, qui questionnent la dimension sociale, culturelle et environnementale de l’acte de construire. Autour d’une équipe d’architectes, d’élus, d’artistes, d’usagers, etc… L’atelier s’est fixé pour mission la recherche, la transmission et l’accompagnement de projets. Aujourd’hui, Notre Atelier Commun porte le projet de la Preuve par 7 avec Plateau Urbain et l’agence Palabres.

La brochure présente les projets développés par l’association entre 1999 et 2018.

Le citoyen dans le projet urbain

Faire des pieds et des mains

Faire des pieds et des mains – Notre Atelier Commun

Décembre 2016

« Le site des anciens établissements BATA, ferme agricole, lieu de production industrielle et cité ouvrière, a progressivement perdu son activité industrielle, puis tertiaire. Les deux mille cinq cent personnes qui y étaient employées dans les années cinquante ont été licenciées par vagues successives jusqu’à ce que l’entreprise ferme définitivement ses portes en 2001. Véritable ville dans un paysage rural, le site doit désormais accomplir sa mue et trouver un nouveau souffle.

Dans l’attente d’un projet de reconversion, L’Université Foraine se donne un an pour explorer la cité Bata, et le territoire autour, pour regarder, rencontrer, écouter, pratiquer, pour récolter les avis, les envies, les projets, les douleurs comme les rêves, pour brasser les possibles et révéler les pistes.
Pendant cette année, une équipe s’installe en permanence, parce qu’il faut habiter pour comprendre, parce qu’il faut travailler ici pour partager, pour trouver la cohérence ensemble, et que faire hospitalité peut aussi faire surgir l’impensé.

Programmer activement, c’est mettre en avant l’agir, le faire, la mise en chantier dans la recherche d’un projet. c’est connecter, croiser et puis expérimenter ensemble sur le terrain, avec tout volontaire, qu’il soit habitant, école, institution ou association, pour débusquer les bonnes idées dans l’action, mettre à l’épreuve et faire démonstration.
Quatre grands moments de rencontre, et des actions au quotidien, nés des rencontres successives, des passions de chacun et des envies locales, dessineront ainsi les possibles à venir. »

Retrouvez la narration sur la mission de Notre Atelier Commun à Bataville ICI !

Le citoyen dans le projet urbain

La Permanence Architecturale

La Permanence Architecturale

16 octobre 2015 – Actes de la rencontre au point Ha^t.

« Les pages qui suivent retracent la journée du 16 octobre 2015. Ce jour-là, au Point Ha^t, lieu de création urbaine à Saint-Pierre-des-Corps, une centaine de personnes se sont retrouvées pour échanger sur ce qu’elles nomment elles-mêmes des expériences de «permanences architecturales ». Une notion quelque peu floue, ouverte, mais indubitablement associée à une forme de pratique : celle des membres de l’agence Construire, portée par Patrick Bouchain et Loïc Julienne. […] On ne trouvera pas ici de méthode toute faite, de boîte à outils prête à l’emploi, de protocole scientifique de recherche-action. Ni même une définition précise et arrêtée de cette fameuse «permanence architecturale ». Tenter de la définir risquerait à coup sûr de la réduire, de l’uniformiser, de la contenir dans des cadres qu’elle tente constamment de faire exploser. Non, ici, c’est une réunion de famille qui se tient. »

Retrouvez ici les Actes de la Permanence Architecturale complets.