Le droit à la ville

Le droit à la ville

Le droit à la ville – Henri Lefebvre

1968

En 1968, Henri Lefebvre publia son ouvrage phare : Le droit à la ville. Dans celui ci il cherche à promouvoir le droit à la ville comme une forme supérieure des doits : le droit à la liberté, à l’individualisation dans la socialisation, à l’habitat et à l’habiter. Le droit à l’œuvre (à l’activité participante) et le droit à l’appropriation (bien distinct du droit à la propriété) s’impliquent dans le droit à la ville. 

« Le droit à la ville ne peut se concevoir comme un simple droit de visite ou de retour vers les villes traditionnelles. Il ne peut se formuler que comme droit à la vie urbaine, transformée, renouvelée. Que le tissu urbain enserre la campagne et ce qui survit de vie paysanne, peu importe, pourvu que « l’urbain », lieu de rencontre, priorité de la valeur d’usage, inscription dans l’espace d’un temps promu au rang de bien suprême parmi les biens, trouve sa base morphologique, sa réalisation pratico-sensible. »

Retrouvez l’intégralité du PDF de l’article Le droit à la ville d’Henri Lefebvre paru un an avant l’ouvrage général.