Le genre vernaculaire ou la nostalgie de la tradition, à propos d’Ivan Illich

Le genre vernaculaire ou la nostalgie de la tradition, à propos d’Ivan Illich

Le genre vernaculaire ou la nostalgie de la tradition, à propos d’Ivan Illich – Sylvie Kwaschin

Revue philosophique de Louvain, 1991

« Le Genre Vernaculaire [d’Ivan Illich] retrace le passage des économies de subsistance à une économie de marché ou comme passage d’une monde « genrée » à un monde « hors-genre » sexiste. »

Sylvie Kwaschin propose ici une critique de ce texte : « La première réflexion à laquelle je fus conviée à propos du Genre vernaculaire d’Ivan Illich concernait les liens entre sa critique du modèle industriel de développement des sociétés modernes et son évaluation des revendications et réflexions du «mouvement féministe». […] je pense que le texte d’Illich hésite entre philosophie politique et ontologie, entre évaluation (qui ne peut éviter le jugement en terme de «souhaitable» et non de «vérité») d’un mode d’organisation social de la production et des rapports entre les gens et définition «en vérité» des catégories du masculin et du féminin. Quelle position adopter par rapport à ce pôle ontologique lorsqu’on n’y adhère pas et que l’on ne veut pas déplacer la discussion vers cet implicite du texte? ».